Ma première manucure

31 Jan

À l’aube de mes 35 ans, j’ai décidé de prendre les choses en main.

Littéralement.

Des mains de princesse... un peu stressée sur les bords!

Avant: Des mains de princesse… un peu stressée sur les bords!

Comme tu peux le constater sur ce cliché, j’ai la détestable manie de me ronger les ongles, acquise dans l’enfance et presque impossible à abandonner.

Parfois, pendant 6 mois ou 1 an, je parvenais à la mettre en sourdine et mes ongles en profitaient pour pousser. Mais mes mains ne recevant pas de soin particulier et faisant bien souvent trempette (oui je suis une maniaque qui se lave les mains 50 fois par jour, et alors ?!), ces mêmes ongles restaient mous, cassants… Et donc fatalement, au bout d’un certain temps, ils se cassaient, s’effritaient, accrochaient mon pull, se brisaient à ras de la couenne (ce qui fait super mal, soit dit en passant), et je renonçais bien vite à les laisser repousser… renouant avec ma sale manie.

Mais là, vrai de vrai, j’ai décidé d’arrêter pour de bon ! Fini le rongeage, l’oubli de pose de vernis, la flemme de les limer, et même que ces saletés de cuticules dégagent, histoire de gagner de la surface à peindre. Non mais !

Comme tu peux le constater sur les premières photos de l’état ‘AVANT’, j’ai des mains aux doigts un peu boudinés, un peu beaucoup tordus en certains endroits, les ongles sont implantés assez bas sur la phalange… et puis ils sont méga courts et moches, tout simplement ! Sur certains d’entre eux, les cuticules descendaient jusqu’à mi-parcours, ce qui est laid. Pour cacher la misère, j’avais peint aussi sur les peaux toutes sèches (beurk !), mais forcément ça ne tient pas.

Opération camouflage des cuticules pas très réussie

Avant: l’opération ‘camouflage des cuticules’ est un vrai fiasco

Bref, y’en avait vraiment marre.

Une fois ma résolution prise, il me fallait une stratégie. Comme j’avais décidé de me chouchouter pour mon anniversaire, eh ben cette année ce serait une manucure au lieu du hammam ! J’ai donc pris rendez-vous dans un salon d’une enseigne très connue et assez ancienne (30 ans), pensant jouer la carte de la sécurité, quitte à y mettre le prix. Et ben je me suis bien plantée ! Le carnage !

Déjà, j’arrive dans le salon, 1 seule esthéticienne, qui me dit qu’en fait c’est la patronne et que les autres tables ne sont jamais utilisées. Je trouve ça louche, mais je ne dis rien. Ensuite, elle ne se lave pas les mains, mange en même temps… Je fais la grimace, et elle finit par sortir le manugel. Une fois mon ancien vernis enlevé (sur les cuticules aussi, donc), une fois mes ongles un peu polis sur le dessus, elle attaque les cuticules. Et que je te les repousse avec mon outil en métal (non stérilisé), et que ça fait mal, et que mes doigts deviennent tout rouges. Je m’attendais à souffrir, donc je ne dis rien. Un frisson irrépressible m’a toutefois parcouru l’échine quand elle a dégainé sa pince pour couper les peaux qu’elle avait eu tant de mal à repousser et qui, fatalement, rebiquaient du coup. Elle commence à tailler dans la barbaque, ça tiraille un peu mais c’est supportable. Je la regarde faire en me disant que, même si je ne suis pas méga convaincue par sa prestation par ailleurs, je suis fort aise de ne pas avoir à découper tout ce trop plein de cuticules.

Arrive le drame. Prise d’une maniaquerie soudaine, elle insiste pour chopper un petit bout de peau de rien du tout qui dépassait sur mon majeur droit et crac ! Ça se met à pisser le sang. Et ça fait mal. Mais surtout ça pisse le sang ! Et là elle me dit « vous avez le sang fluide ! » Je veux bien, mais j’ai pas de problèmes de plaquettes et je ne suis pas hémophile, alors pourquoi ça continue à saigner, Madame ? Je comprime le doigt, elle me fait tant bien que mal le vernis sur les autres doigts, et elle insiste lourdement pour faire celui-là. OK, sauf que ça continue de saigner. Donc je m’inquiète. La table est déjà envahie de petits cotons imbibés, et elle râle pour finir son vernis et sa journée. Oui, parce que je suis la dernière cliente, qu’on est vendredi et qu’elle en a marre, hein ?! Moi, trop polie, je lui fais seulement remarquer que j’ai mal, je saigne et que j’en ai plus grand’ chose à foutre d’avoir 1 ongle sur 10 sans vernis. Mais elle ne lâche pas l’affaire.

APRÈS: Main gauche après la manucure 'pro': c'est pas mal du tout, compte tenu de l'état de mes mains à la base

Après: c’est pas trop mal pour la main gauche, compte tenu de l’état de départ

Le saignement finit par s’arrêter au bout de 30 minutes. « Elle est vraiment belle cette couleur ! », me dit l’esthéticienne/patronne/bouchère de façon répétée et appuyée. « Oui oui », je lui réponds. Elle ne croit quand même pas que je vais lui acheter son vernis de merde alors qu’elle m’a fait saigner, ou que son salon est dégueulasse ?

APRÈS: La main droite avec le doigt qui a saigné (forcément, il fallait que ce soit le majeur). Photo prise genre 2-3 heures après le massacre. Tu imagines?

Après: la main droite avec le doigt qui a saigné (forcément, il fallait que ce soit le majeur). Photo prise genre 2-3 heures après le massacre. Tu imagines?

Arrive le moment de la note. Je n’ai qu’une hâte : me casser. Elle n’a qu’une hâte : que je me casse. Et là, choc suprême : pas de réduction, pas de geste commercial à la caisse. Elle me fait payer plein pot. Ma riposte est immédiate, contraire à tous les préceptes de mon éducation, mais justifiée : je ne laisse pas de pourboire.

Résultat des courses : pour ma première manucure, je me suis retrouvée dans une grande enseigne mais le salon était crado, j’avais réservé une beauté des mains, j’ai eu mal, un doigt a pissé le sang pendant ½ heure, je paie plein pot. Non, c’est clair : cette expédition n’a pas été une réussite. La prochaine fois, j’irai dans le salon sans enseigne situé à côté de mon taf et qui ne désemplit pas.

Cerise sur le gâteau : dès le lendemain, le vernis avait sauté sur plusieurs doigts et j’ai dû refaire ma manucure à la maison. J’ai fait tranquillement comme Misschievous nous a dit, et du coup, encore un peu moins de cuticules, pas de saignement et ma couleur fétiche Valentine (Revlon) sur les ongles… qui a tenu presque 3 jours sans un pète, et le résultat n’est pas pire que son soin ‘professionnel’.

Dis, je lui réclame mes 36€ à la bouchère ?

Publicités

5 Réponses to “Ma première manucure”

  1. marnie101 2 mars 2013 à 15 h 23 min #

    Je trouve que tu es trop gentille et que tu devrais citer cette grande enseigne !
    A mon avis, la manucure payante en salon (pour faire un truc de base, pas de la déco d’ongles) est une dépense superflue et c’est, avec l’épilation des jambes à l »épilateur, le genre de truc à faire soi-même pour faire des économies…. enfin en tout cas c’est ce que je fais. Autant je ne sais pas me maquiller les paupières, autant les ongles, ça va. On devrait échanger des cours ! 😉

    • L'Orpailleuse de Paname 2 mars 2013 à 19 h 07 min #

      Merci Marnie! Bien d’accord avec toi, je me suis clairement plantée côté stratégie, mais en même temps je ne me sentais pas de faire la première manucure toute seule: il y avait bien trop de travail sur la bête 🙂
      Pour ce qui est d’échanger les savoir-faires, je suis partante!

  2. marnie101 2 mars 2013 à 15 h 25 min #

    Sinon, bravo pour tes ongles, il y a du progrès ! reste plus qu’à les faire pousser un peu 😉

  3. Vylène Fermière 22 avril 2013 à 21 h 35 min #

    Miskine elle t’a saccagé. Je me demande comment on peut être aussi peu professionnelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :