Enfin Naked !

5 Déc

Je t’ai parlé voilà des lustres de ma palette Naked d’Urban Decay, comment elle est géniale, avec toutes ces couleurs neutres que j’adore.

Il est vrai que je suis adepte des neutres et que l’année dernière, les couleurs et les maquillages sombres ou dramatic me faisaient flipper. Tu as déjà pu constater dans d’autres billets que ce n’est (heureusement) plus vraiment le cas.

La palette Naked d’Urban Decay a fait un buzz monstre lors de sa sortie en 2010 : tout le monde se l’arrachait, les youtubeuses/gourous beauté en dissertaient… Le produit a vite été en rupture de stock, et nombre d’accros au maquillage ont dû ronger leur frein, voire se ruiner sur Ebay pour faire l’acquisition de la dive palette. Comme d’habitude, je suis arrivée après la bataille, au printemps 2011 : il m’a suffit d’aller au Sephora en bas de chez moi et d’en piocher une dans la pile. Il faut dire qu’entretemps, Urban Decay avait refait des stocks. Seul bémol : comme nombre d’addicts de la 2e vague, j’ai eu droit à un pinceau au lieu du crayon eyeliner 24/7 à double mine dont les fans de la première heure ont tant chanté les louanges. Cela dit, le pinceau est génial pour appliquer les fards crème et je m’en sers presque tous les jours. Mais passons…

Naked 1 et 2

Comparaison des 2 palettes Naked (l’originale en haut, la Naked 2 en bas)

Revenons aux fards de la Naked, ou « Naked 1 » comme on dit maintenant que la n°2 est sortie. Je te mets une photo des 2 palettes superposées vite fait, vu que tu connais déjà les fards par cœur. Et bien, crois-le ou non, pendant pratiquement 1 an après avoir fait l’acquisition de cette merveille, je n’ai pas réussi à m’en servir. Dingue, non ? Je trouvais les fards magnifiques, ce sont typiquement les couleurs vers lesquelles je me dirige d’instinct : les bruns chauds, les bronzes et les prunes. Mais ils sont hyper poudreux… et ça, quand tu débutes en maquillage et que tu ne sais pas encore tenir un pinceau, c’est la cata assurée. Parce que tu en fous partout ! Comme en plus tu t’échines à faire les étapes dans le même ordre que sur la plupart des tutoriaux YT, eh bien tu as fait ton teint avant… pour mieux le ruiner avec des chutes de folie.

Bref, je me tenais à distance de la Naked, un petit pincement au cœur. J’ai même failli la revendre à plusieurs reprises. « Sacrilège ! », t’insurges-tu. Et tu as bien raison. Maintenant que je sais m’en servir, je pense comme toi. Mais à l’époque, la bête se contentait de trôner sur mon vanity et de me narguer du haut des 40€ que j’avais déboursés pour en faire l’acquisition.

Aujourd’hui, tout cela est du passé.

Dans un premier temps, j’ai essayé d’humidifier mes pinceaux pour aller choper les fards poudreux sans en mettre partout. Au bout de 5 minutes, j’oubliais de remettre de la flotte sur les poils et les paillettes se répandaient sur mon visage. Car oui, non seulement les fards de la Naked sont poudreux, mais en plus les teintes ont toutes (ou presque) un fini satiné à pailleté. L’horreur. Donc j’ai lâché l’affaire avec mon petit vaporisateur à eau : trop long, trop chiant.

Il me fallait trouver une autre méthode. Je l’ai dégotée en regardant d’autres tuto : faire les yeux en PREMIER, puis nettoyer le visage et faire le teint. Eurêka ! Je me suis immédiatement mise à appliquer cette technique, et désormais j’avoue faire mon maquillage presque toujours dans cet ordre-là : crèmes hydratantes pour les yeux et le visage, maquillage des yeux, nettoyage du visage si besoin, travail du teint, lèvres et zou !

Mais la Naked m’intimidait encore un peu. Ce coup-ci, plus rien à voir avec la texture des fards, mais bien avec leur nombre. Comment les combiner ? Combien en mettre ? Où ? Après m’être gavée de tutos sur Youtube, j’en suis venue à cette conclusion magique : on peut faire n’importe quelle combinaison avec ces fards, ça fonctionne. On peut en mettre 1 seul, n’importe lequel (selon les circonstances, bien sûr. Creep pour aller bosser, c’est pas forcément gagné) avec du mascara et roulez jeunesse ! Ou bien en utiliser 5, 6 dans un look ultra sophistiqué, sans que les mélanges ou superpositions ne deviennent ‘boueux’ : c’est-à-dire que le tout ne se transforme pas en une espère de marron dégueulasse. Alléluia ! Je n’avais plus à me prendre la tête, je pouvais tout faire ! Et je dois bien admettre que, même sans avoir planifié mon look au moment où, à moitié réveillée, j’ouvre ma palette le matin, je n’ai aucune chance de me planter, le résultat sera sympa.

Bon. Il y a forcément des looks que tu reproduis parce que tu aimes bien l’effet ou que les couleurs te plaisent davantage. Par exemple, quand je ne veux vraiment pas me prendre la tête, je me fais ces yeux-là : Naked sur la paupière mobile, Buck dans le creux et Virgin ou Sin dans le coin interne et sous le sourcil. Mais j’avoue, j’adore les bruns mats (je te montrerai ma palette MAC une de ces jours, tu vas comprendre). Et d’ailleurs, c’était le gros reproche fait à la Naked 1 par la majorité de la communauté makeup : pas assez de fards mats (seulement 2 sur 12). Perso, je ne trouve pas qu’Urban Decay ait rectifié le tir avec la Naked 2, mais j’y reviendrai.

Autre combinaison du tonnerre, en particulier avec mes yeux verts : Sin sur toute la paupière mobile, Toasted dans le creux et Hustle en outer V. Le seul fard dont je n’arrive vraiment pas à me servir, c’est Gunmetal. Il est sublime, le préféré de beaucoup de filles, mais moi je n’y arrive pas. Bizarre les goûts et les couleurs, non ? Et c’est même pas génétique, en plus ! La preuve : j’ai offert la palette à ma mère et à ma grand-mère récemment. Et bien, Maman revient sans arrêt à Gunmetal, c’est son favori dans la palette, elle peut le porter seul tous les jours. Moi, toujours pas moyen.

Et d’ailleurs ?! Quels sont mes fards préférés dans la Naked 1 ? Naked et Buck : les 2 mats, direct. Et puis aussi : Smog, Darkhorse et Toasted. J’ai du mal avec Half-Baked : ce doré, je ne sais jamais trop quoi en faire… Ça me désole d’autant plus qu’il est le seul doublon dans la Naked 2. Pourquoi, mais bon sang, pourquoi celui-là ?

La Naked 2, parlons-en, justement ! Je m’étais juré de ne pas l’acheter pour de multiples raisons. Déjà, je n’aime pas le packaging. OK, il est plus pratique pour voyager parce que plus solide. OK, il ne peut pas se dégueulasser comme le premier, vu que c’est une boîte en métal et pas du textile impossible à laver. Mais n’empêche, je préfère de loin mon petit boîtier tout mimi en velours marron et imprimé or. « Forcément », me diras-tu, « tu préfères les teintes chaudes aux froides ! » Ce qui nous amène à mon deuxième ‘grief’ avec la Naked 2 : les tons sont globalement plus froids que dans la Naked 1. Je sais que pour beaucoup, comme Hélène de Mon Blog de Fille, c’est justement ce qui fait qu’elle préfère la deuxième palette. Et je ne dis pas que les fards sont moins beaux : ils sont tous sublimes et j’aime les utiliser dans des looks différents, mais mon regard et mes choix se portent naturellement vers les teintes plus chaudes.

Bref, j’avais juré que je n’achèterais pas la Naked 2. Tu as déjà deviné que je m’étais parjurée. Sans trop de honte, toutefois : j’ai craqué des mois après sa mise en vente, en sortant de l’hôpital. Faut croire que j’avais besoin de compenser. Je ne regrette pas mon achat, note bien. Je me sers régulièrement de ce petit bijou, c’est même la seule palette que j’ai emmenée en vacances à Vienne ! Mes fards préférés : Tease (le brun-taupe mat, évidemment), Snakebite, Pistol et YDK. Certaines couleurs m’ont laissée perplexe : Foxy, par exemple. Sérieux, un truc aussi jaune et pâle, même sur ma peau claire, on ne le voit pas. Du coup, je ne peux m’en servir que pour estomper les couleurs chaudes, et encore. J’ai déjà mentionné Half Baked et ce doublon mystère. J’aurais aimé un peu plus de mats dans la palette, même si, comme tout le monde, je me réjouis de la présence de Blackout, qui pour le coup est le noir mat le plus profond et pigmenté que je n’ai jamais vu. Oublie le Carbon de MAC, c’est une grosse bouse à côté.

Pas assez de mats à mon goût, donc : Foxy ne sert à rien, Tease est génial certes, mais Blackout s’utilise avec parcimonie. Par contre, une palanquée de teintes pailletées ou irisées (c’est Urban Decay en même temps). Chopper, par exemple : la couleur est belle, mais punaise il fait de ces chutes ! Cela dit, je pense qu’ils ont dû reformuler les fards entre les 2 palettes : ceux de la Naked 2 font quand même vachement moins de chutes. Si tu as les 2 palettes sous la main, compare les Half Baked, tu verras.

Et les smokeys dans tout ça ? L’année dernière, je ne me serais même pas posé la question, vu que les couleurs foncées me terrifiaient. Mais j’ai récemment développé une passion (obsession ?) pour les looks charbonneux ou fumés. Je peux remercier Emily Eddington et les sœurs Pixiwoo pour ça ! Et là, quoique récemment convertie, je dois me ranger à l’avis d’Emily : la Naked 1 est beaucoup mieux pour les charbonneux ! Regarde à nouveau la photo où les palettes sont superposées. Il y a 4 – voire 5 – fards vraiment profonds dans la Naked 1 : Gunmetal, Creep, Hustle, Darkhorse et on pourrait limite ajouter Buck pour les gens à la peau très claire. Dans la Naked 2, en tirant bien on en trouve 3 : Blackout, Busted et Snakebite.

Tu objecteras peut-être que cette palette n’est pas faite pour les smokeys, que c’est une palette de neutres. Je suis d’accord avec toi. Mais pourquoi bouder son plaisir si l’on peut avoir les deux ?

Malgré cela, je les aime toutes les deux et je m’en sers 2 à 3 fois par semaine depuis des mois. Le fait qu’elles soient si versatiles, qu’il n’y ait aucune chance de se planter en combinant les fards y est pour beaucoup. La beauté des fards aussi, évidemment. J’ai également constaté que je me dirigeais plus volontiers vers une des 2 lorsque j’étais à court d’idées le matin, ou quand j’avais foiré un premier maquillage et que je devais en refaire un dare-dare pour ne pas arriver en retard au boulot. C’est un signe ça, non ?

Et puis j’aime beaucoup les utiliser ensemble : par exemple, pour un look de soirée complètement mat, prendre Naked et Buck de la Naked 1 et Blackout de la Naked 2. Ou encore, combiner Smog avec Snakebite pour un smokey bronze très subtil.

Maintenant ma réponse à la question absurde qui a été posée à nombre de Youtubeuses, « Si tu ne pouvais en garder qu’une, ce serait laquelle ? » J’aime les deux pour des raisons très différentes car, (sauf pour des yeux non avertis) elles sont très distinctes et, finalement, assez complémentaires. Mais je pense que je garderais quand même la première, aux tons plus chauds et au boîtier tout doux.

3 Réponses to “Enfin Naked !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Brève de Boudoir #14 : Naked et mat pour le Jour de l’An « L'Orpailleuse de Paname - 2 janvier 2013

    […] quand même, histoire de bien commencer l’année ! Après t’avoir vanté les mérites de la palette Naked, je me devais de te montrer un de mes looks de base, porté pour le 1er janvier ! Forcément, il […]

  2. I ♡ Bronze TAG (version française) « L'Orpailleuse de Paname - 20 janvier 2013

    […] la Naked ! Tu te demandais peut-être quand elle allait surgir dans ce TAG. Sortie voilà plusieurs […]

  3. I ♡ Bronze TAG (English version) « L'Orpailleuse de Paname - 20 janvier 2013

    […] the Naked Palette! Been wondering when it would pop up in this TAG, have you? Launched several years ago, it has […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :